Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 18:50

Jastroboff et Hazell, auteurs bien connus de la thérapie d’habituation aux acouphènes, ont proposé en 1990 un modèle pouvant expliquer le processus de production et de maintien du dérangement lié à ces bruits auditifs : « Les acouphènes sont le résultat d’un processus d’apprentissage négatif, au cours duquel certains sons insignifiants (acouphènes) deviennent gênants par l’intermédiaire du système autonome et efférent. » 

 

 

Il existe une grande différence individuelle au niveau du dérangement produit par l’acouphène. Pour certains, il est bien toléré alors que pour d’autres, il engendre beaucoup de souffrance. Pourquoi? Lorsqu’on reçoit une stimulation sonore, notre cerveau (le thalamus) procède à un filtrage de cette information et lui accorde une signification particulière. Selon l’interprétation qu’il en fait, il peut y associer une émotion négative ou positive et générer des réactions corporelles. Il en est de même lors de l’apparition de l’acouphène. Dans ce cas, le cerveau peut l’interpréter comme étant un bruit incompris, déplaisant et inconfortable. Il peut y associer une émotion négative. Cette émotion peut provoquer des réactions diverses : angoisse, irritabilité, stress, problème de sommeil, de concentration, etc.

 

Dans le cas d’un acouphène dérangeant, ces réactions sont maintenues dans le temps et entretiennent la perception négative de l’acouphène. L’inconfort a laissé une trace dans notre cerveau (comme dans le disque dur d’un ordinateur), de sorte que dès qu’on écoute l’acouphène, on réactive ce processus. Le cerveau porte alors beaucoup d’attention à l’acouphène et sera moins disponible pour traiter d’autres informations plus utiles. Selon ce modèle, le dérangement lié à l’acouphène serait un processus appris.

 

Le principe d’habituation à l’acouphène vise à briser les liens existants entre les différents éléments de ce processus tel que décrit dans le modèle. Les actions visent entre autres :

  • À ce que les centres auditifs détectent moins l’acouphène, en le mettant en compétition avec d’autres bruits. La mémoire de votre "disque dur" cortical sera moins activée et ne réveillera pas les vieilles interprétations auxquelles vous êtes habitué;
  • À changer les pensées, les ressentis que vous avez par rapport à vos acouphènes, les fausses croyances que vous entretenez de façon exagérée (sentiment d'échec, manque d'estime de soi) ;
  • À travailler sur les effets de l’acouphène sur vos habitudes de vie : améliorer le sommeil, la concentration, développer des méthodes de relaxation, appliquer des stratégies de communication, recourir à l’amplification auditive afin d’améliorer la compréhension de la parole en raison de votre surdité, etc.   

 

En d’autres termes, malgré la répétition du stimulus (acouphène), on évite le renforcement de ce processus répétitif et continu (voir le modèle neurophysiologique ci-dessus). Le bruitage ambiant va vous aider en ce sens en agissant sur la première étape de ce processus. La répétition de signaux neutres comme les bruits masquants ou thérapeutiques (bruits blanc, rose, brown...) s’accompagne de la disparition progressive des réponses induites, ce qui correspond au phénomène d’habituation.

De plus, le cerveau a des prédispositions à l’habituation, en raison de sa plasticité et de sa capacité à changer les connections synaptiques entre les neurones. Il faut donc entraîner le cerveau, le cortex auditif, par une stimulation régulière avec des bruits couvrant les acouphènes.    

Le shéma suivant illustre l’effet du bruitage masquant sur l’acouphène et la gestion du niveau de dérangement. Quand vous êtes dans le silence (par exemple, le soir au coucher), votre acouphène sera davantage perceptible, de sorte que vous y porterez plus attention et que vous serez davantage dérangé par sa présence. En écoutant un bruit masquant, vous réduisez la perception de l'acouphène. Vous pourrez alors plus facilement amener mon cerveau à se concentrer sur autre chose et à se défocaliser. À l’approche du sommeil, en l'asscociant à de la relaxation et de la visualisation, il sera plus facile de vous endormir.

 

Le masquage de l’acouphène par un bruit neutre et fort qui le couvre complètement est également utile à court terme pour vous aider à réduire un moment d’inconfort important lié aux acouphènes. Il doit être de courte durée, bien dosé en volume sonore, et jumelé avec une activité de détente. 

 

 

Cette stimulation sonore ne donne pas toujours des résultats rapidement. Il faut entraîner progressivement votre cerveau, afin de provoquer des changements de fonctionnement de ce dernier. C’est un apprentissage qui se fait quotidiennement et sur le long terme. Voici comment faire pour masquer l'acouphène par la thérapie d'habituation:

 

  • Choisir un bruit dans son environnement : musique, télévision, radio, ventilateur, fontaine d’eau, bruits de la nature, générateur de bruits disponible commercialement (ex : bruits de pluie, vent, oiseaux), etc. Se faire une banque de bruits qui se sont avérés efficaces pour diminuer l’importance de votre acouphène. Par exemple, un patient m’a rapporté que lors d’une promenade à bicyclette en campagne, les chants des grillons et criquets, rendaient son acouphène à peine perceptible. Il a enregistré ces bruits qu’il utilise régulièrement pour son environnement sonore et pour se détendre à la maison.
  • Le bruit ne doit pas attirer votre attention, ni interférer avec la communication ou affecter la réalisation des activités au quotidien. Si le bruit est trop riche en informations, il accaparera votre attention, de sorte que vous serez moins disponible pour réaliser une tâche intellectuelle.
  • Le bruit ne doit pas générer d’émotions négatives. Il ne faut pas se sentir agressé par le bruit ou y associer une interprétation nuisible ou liée à une expérience négative antérieure.
  • Le niveau d’intensité du bruit doit se situer entre le seuil de détection du bruit et le niveau où l’acouphène sera complètement masqué par le bruit. Il faut entendre le bruit, mais il ne doit pas masquer votre acouphène. Vous pouvez augmenter le niveau d’intensité avec le temps si bien toléré. Il est important de diminuer son intensité s’il aggravait votre acouphène.

 

 

  • Il est préférable de se placer près du générateur de bruit, afin de profiter d’un bain sonore efficace. Une stimulation bilatérale est préférable afin d’offrir une stimulation symétrique des voies auditives supérieures.

On peut également avoir recours à des outils plus spécifiques comme le générateur de bruit intégré ou non à un appareil auditif. Le générateur produit un bruit blanc ou rose. Le niveau de bruit est ajustable via un contrôle de volume. L’appareil auditif est proposé dès qu’une atteinte auditive significative est présente. De plus, l’amplification auditive vous aidera à mieux communiquer, réduisant ainsi le stress et la fatigue liés aux situations difficiles, d’où la possibilité d’un effet parfois positif sur les acouphènes.

source : Gérard Laroche, audiologiste

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie

- CD de thérapie sonore et d'habituation : www.stop-acouphenes.fr

Le blog des acouphéniens - Philippe Barraqué - Tous droits réservés

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes

Présentation

  • : Le blog des acouphéniens
  • : Acouphènes, hyperacousie, surdité précoce, pollutions technologiques et sonores, vous êtes de plus en plus nombreux à souffrir de bruits auditifs. Ce blog des acouphéniens est fait pour vous.
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Pages

Liens